Brigadières en expédition

Brigadières en expédition
On y est, les jours sont long, la chaleur est là ! On veut faire tourner les belles guiboles et commencer à entretenir ces traces de bronzage que nous, les filles, on aaadore… pas trop ! Mais qu’est-ce qui est le plus important ? La bronzette ou kiffer son aventure sur le vélo ? Eh oui, on parle d’aventure car pour la première fois les Brigadières partent en autonomie en vélo de route ! 

L'idée 

Entourée d’un terrain de jeu incroyable à Annecy, on songe aux cols mythiques qui nous entourent. On songe, on envisage mais toujours freinée par la distance pour atteindre l’objectif ou la capacité sportive qu’on sous-estime. 
Ni une ni deux, je me lance dans des tracés avec Openrunner. Parfois farfelus et très engagés mais je finis par trouvé LE parcours qui comble toutes nos attentes. L’idée est alors de partir d’Annecy sur deux jours afin d'atteindre tous les cols tant scrutés… des kilomètres il y en aura alors les sacoches sont indispensables ! 
Je sais que les Brigadiers sont costauds et chauds pour se lancer ces défis (on l’a bien vu à Girona), mais je cherche à voir quelle Brigadière est prête à se dépasser pour absorber tous ces kms sans retour à la Casa le soir.
Nous voilà finalement, à ma surprise, constituée d’une belle équipe de 7 Brigadières, bien équipées de sacoches pour partir en autonomie jusqu’au Cormet de Roseland. 200kms et 4500d+ nous attendent.

 

Veille de départ
Après avoir découpé la trace, on envoie tout ça sur le Wahoo, on remplit les sacoches. On s’équipe de tenues de Brigadières badass, et on charge bien le ravito.
Le petit stress et l’excitation du départ pour cette nouvelle aventure commence. Aucune des filles de l’équipe n’a jamais roulées en bikepacking. L’expérience sans les assistants masculin aussi est une première ainsi que le petit périple de 2 jours. 

Le départ - Jour 1

Rendez-vous 8h30 chez Brûmes Coffee  Shop (eh oui on reprend les bonnes habitudes suite au déconfinement). Le temps d’un café et d’échanger sur qui à les sacoches les moins chargées. Bien sur, certaines ont 2 sacoches pour être en mode confort et d’autre une seule sacoche pour l’optimisation à 300%. 


9h - on décolle. 103kms 2450d+ de prévu pour cette première journée.
Le début du trajet se fait dans l’euphorie et l’habitude de ses premiers kilomètres qui borde le lac d’Annecy. Il y a déjà du trafic et les vaches (les vrais) s’empressent de traverser devant nous pour ralentir notre allure effrénée.

On va donc jusqu’à Faverges pour entamer notre premier col du voyage : le col de Tamié. Col accessible depuis Annecy, ce n’est pas une découverte. Il est roulant et facile pour commencer, parfait pour une mise en jambe et faire oublier les sacoches. 

Arrivé au sommet de Tamié, on redescend sur Albertville. Pause ravito pour l’eau. 
On continue direction Beaufort où une halte déjeuné s’impose. Cela permet de couper le trajet et de se requinquer. On a alors fait plus de la moitié du parcours pour cette première journée mais le plus gros du dénivelé nous attends. À Beaufort, on arrive donc sur la place principale où est installé un magnifique bus Londonien. Ils y servent des plat équilibrés et surtout des glaces artisanales :) On s’installe pour déguster nos plats et on se fait le petit plaisir de fin de repas avec les glaces ! 


Il est l’heure de repartir. Toujours avec l’euphorie et l’enthousiasme qui plane depuis le début de ce trip, nous entamons tout de suite la montée, direction le col du Pré (12km à 8% de moyenne). Ce col fut une première pour tout le monde, nous n'avions donc aucun repère dans ce col. Le début est plutôt roulant. Seulement une fois Arêches dans le dos, les hostilités commencent. Il reste 8 km de montée au soleil à 10% de moyenne. C’est le four, le goudron fait des vapeurs de chaleurs, le GPS indique 40 C°… On tient bon, on s’hydrate bien ! 
Arrivé au sommet heureusement il y a une fontaine à vache ! On y plonge limite la tête dedans. 


Petite pause au sommet, et on redescend sur le barrage de Roselend. On en prend plein les yeux, les lacets sont réguliers et donne un point de vue incroyable à chaque coup de pédale. On arrive sur le barrage, là aussi on ne sait plus où regarder tellement c’est impressionnant.

Au niveau du barrage, le col s’appelle Col de la Merallet. On est généralement tellement focus sur le sommet du Cormet qu’on de prête pas grand attention à ce col. De là, il ne reste que 6 kms avant d’arriver au sommet tant convoité. Avec le coup de chaleur qu’on a eu dans le col du Pré, certaines se demandent si elles sont encore en canne pour finir ces dernières bornes. Mais on se motive, on veut rester ensemble et on reste ensemble pour avancer. Alors tout le groupe se dirige vers la fin. 

Certaines arrivent avant, cela leur laisse le temps de prendre les photos chacune leur tour devant LE panneau confirmant qu’on l’a fait. Il y a tellement à regarder qu’on ne voit pas le temps passer, les dernières sont déjà là. On prend alors LA photo de groupe du séjour qui illustre bel et bien cette aventure : smile, amitié, et dépassement de soi.


Notre hotel étant au bord du lac du Roselend, on revient sur nos traces. Cela permet d’admirer ce super paysage dans les deux sens. L’hotel est juste au top. L’équipe nous accueille avec sourire et impressionné par le trajet que nous venons de faire. Certaines optent pour la bière direct et d’autres pour la douche. Un super repas nous attend : Croziflette. Repas des championnes ! On reprend bien des forces avec cette recette maison. Le soleil se couche sur le lac, les lumières sont dingues. Bien mangé, dans un cadre incroyable, avec les copines… quoi de mieux ? 
Petite séance d’étirement et dodo… seulement une de nos brigadières ressent les effets du coup de chaud de l’aprem et ne se sens pas bien du tout… femme à terre… espèrons que la nuit soit solvatrice.

Jour 2

L'équipe se réveille enjouée et excitée du programme qui nous attend aujourd’hui. On refait nos sacoches avant de descendre petit déjeuner à 8h. Un copieux buffet nous attend : sucrée, salé, gateau fait maison… on est servi comme des reines. Tout cela animé par un défilé de vaches en paturage, tortillant leurs popotins tranquillement pour rejoindre un pré plus haut. On est pleinement dans l’ambiance alpage !
Notre brigadière malade la veille n’est toujours pas mieux… elle décide de s’arrêter là. Son amoureux viendra la chercher à Beaufort. 


Départ 9h
Elle descend avec nous pour au moins profiter de cette belle descente sur Beaufort. Le défi : le slalomer entre les bouses des vaches qu’on a vu passer pendant le petit déjeuner. Elles se sont fait toute la montée depuis Beaufort. Le slalom est alors un super jeu et exercice d’agilité avec les sacoches. Expérience pilotage enclenché !
Au croisement de Beaufort et la route pour montée à Hauteluce, notre brigadière malade nous quitte…petit pincement en coeur de voir une brigadière s’arrêter en si bon chemin. 
On continue notre périple en montant alors vers Hauteluce, super roulant le village est très mignon. On s’y arrête pour remplir les gourdes et on repart pour Les Saisies. Ça passe tellement vite, cette montée étant roulante et agréable. On arrive enfin dans la station des Saisies. Jolie station et dynamique en plein mois de juin ! On ne perds pas de temps et continue notre route sur le plateau vers le Planey avant de redescendre sur Flumet. L’objectif est d’arrivé pour 13h30 au Aravis. Heure réservé au restaurant. 
On traverse Flumet, arrive vite à la Giettaz puisque il n’y a que 4km entre les deux qui sont roulant, voir même plat. Les 10km du Col des Aravis se réduit donc vite à 6-7km pour entamer des lacets mi ombre et soleil. On sait qu’une fois au tunnel il ne restera qu' un kilomètre. Eh oui, le col des Aravis est un habituel des sorties brigade. Il est tellement bien !


On arrive à 13h au restaurant, change 3 fois de table car il fait beau puis gris, venteux , et finalement averse violente… bienvenue en montagne !
Heureusement qu’on avait été transférées à l’intérieur !
On profite de tous les plats proposés, c'est bien l'avantage de faire des cols.
On a les yeux rivés sur la rideau de pluie qui s’abat dehors… on check toutes les applications météo possible…. Aucune n’est réellement précise et aucune ne dit la même chose… on part donc du principe qu’on va forcement se prendre une bonne averse une fois en repartant ! 


On attend un peu à l’abris, histoire que la pluie se calme un peu, on prend donc notre temps pour un petit dessert ! Puis vers 15h on se motive enfin, on rentre direct sur Annecy, et s’il il pleut eh bien tant pis …
Super descente sur la Clusaz puis Thones. On appuie a fond sur les pédales dans cette descente !

A Alex, on bifurque à Bluffy et arrive en haut de ce dernier petit col toujours difficile en fin de sortie, on s’aperçoit que le soleil est toujours au dessus de nous, et qu’on a pas pris une gouttes ! On est passé à travers.
On se dépêche d’arriver jusqu’au petit port où on en profite pour se baigner dans le lac. Maillot de bain ? Brassière + cuissard = super combo ! 
On en profite pour faire les dernières photos de groupe d’un super weekend entre nanas à profiter et se dépasser ensemble ! Les découvertes et nouvelles expériences ça rapproche et créer des liens ! On n’oublira pas ce weekend !
Il est temps de rentrer, pour le coup on s’est pas pris la puie mais un énorme nuage noir arrive sur la vieille ville ! Top chrono, même si on est trempées suite à notre bain dans la lac, on ne sera pas trempées par la pluie ! On rentre vite chez nous et pense déjà au prochain trip en autonomie avec les copines !

 

Juliette : 
Qu'est qui t'a motivé à partir en bikepacking entre nanas ?
Flore et le groupe de filles m’ont motivée 

Qu'est ce que tu as trouvé le plus dur ?
Le plus dur est le nombre d’heures passées sur le vélo haha #mal au culcul 

Qu'est que tu as préféré ?
J’ai adoré tout mais en particulier le sentiment d’accomplissement après la 1ère journée et le moment du restau pour fêter ça ensemble !

Serais-tu prête à recommencer ? Où ?
Bien partante pour recommencer ! N’importe où avec la même équipe :)


Manon : 
Qu'est qui t'a motivé à partir en bikepacking entre nanas?
J’ai toujours eu envie de tester cette expérience et pour une première, la vivre avec des nanas sur deux jours c’était exceptionnel !

Qu'est ce que tu as trouvé le plus dur ?
Le Col des Prés, après la glace au chocolat, à 14h30 sous 30 degrés ahaha !

Qu'est que tu as préféré ?
Prendre le temps. Prendre le temps de découvrir les paysages et profiter du moment présent.

Serais-tu prête à recommencer ? Où ?
Totalement ! Pourquoi pas aller explorer nos belles régions de France ou autres pays d’Europe ? À définir en fonction des saisons…

 



Charline : 

Qu'est qui t'a motivé à partir en bikepacking entre nanas?
Passer 2 jours à ne faire que du vélo avec des filles qui roulent, et du coup faire mieux connaissance avec vous toutes 😉

Qu'est ce que tu as trouvé le plus dur ?
Le plus dur, les difficultes du premier jour l'après midi, plus facile le matin pour moi mais c'est le parcours qui voulait ça

Qu'est que tu as préféré ?
J'ai a peu près tout préféré, j'ai passé un super moment et très contente d'avoir osé le faire avec si peu de bornes!

Serais-tu prête à recommencer ? Où ?
Et bien sûr prête à recommencer, peut être un peu plus loin pour changer de région !